Durant un projet EDI, la validation de plateforme peut-être effectués avec différents tests. Nous en identifions trois types qui devront être créés, maintenus et exécutés dans des environnements différents, par des personnes ayant des rôles divers.

Tests Unitaires (TU)

Ce sont les tests de plus bas niveau dont l’objectif est de s’assurer qu’une fonctionnalité spécifique, comme un mapping ou une règle de vérification, fonctionne comme attendu. Étant donné que cette catégorie de tests se focalise sur un sous-ensemble fonctionnel du logiciel, ces tests sont généralement écrits dans le langage de programmation mis à disposition de la plateforme. Ils sont créés, maintenus et exécutés par les développeurs, avant de promouvoir leurs modifications (dans un outil de versioning de code par exemple, ou sur l’environnement de développement de la plateforme). Les TU sont principalement fonctionnels et n’ont pas pour objectif de tester la performance ou la charge de la plateforme EDI.

Tests de plateforme (TP)

Ces tests se focalisent sur plateforme EDI dans sa globalité, mais isolée du reste du SI et de ses partenaires. L’objectif est de vérifier que la plateforme rend bien le service attendu sans qu’elle soit connectée au SI. C’est généralement avec les TP que l’on va tester si les flux sont correctement reçus, transformés et redirigés. Pour ce type de test, il faudra donc soumettre des données en entrée de la plateforme et évaluer les résultats à sa sortie. C’est également au niveau des TP que les tests de performance, de charge et de sécurité vont être effectués.

Tests de bout en bout (E2E)

Avec ces tests, il s’agit de s’assurer que la plateforme EDI s’intègre correctement dans le SI de l’entreprise et avec ses partenaires. Il faut donc tester des scénarios métier afin de s’assurer que l’information est correctement traitée dans les différentes étapes de son flot :

  • Est-ce que la commande est bien relayée au WMS, au CRM et à l’ERP ?
  • La facture émise par l’ERP est-elle correctement envoyée à son destinataire ?

Ces tests sont généralement très fonctionnels : les scénarios sont écrits par des experts métier pour pouvoir jouer et rejouer les différents cas liés aux activités de l’entreprise. Les tests de E2E permettent également de valider l’intégration correcte de la plateforme EDI dans le SI : identifiants de connexions aux autres composants, connexions passant les différents éléments de protection (firewall ou encore l’API gateway). Ils permettent enfin de s’assurer que le déploiement de la plateforme s’effectue correctement : place disque ou droits d’accès entre autres.

Pour écrire et exécuter les différents types de tests que nous avons étudiés, il faudra disposer de plusieurs environnements dédiés au test de sa plateforme EDI. Dans un prochain article, nous nous pencherons sur les caractéristiques de ces différents environnements.

Share